Les bestioles bien utiles au jardin

Merci de partager
0
fb-share-icon0
Tweet 168
Pin Share168

Elles sont parfois mal aimées et chassées… Quel dommage ! Voici leurs bienfaits

Les bestioles bien utiles au jardin
Le scarabe

Pourquoi on l’aime ?

Cet insecte carnassier et vorace recherche et dévore les larves du balanin des noisettes, enfouies dans le sol. Il se régale également de nombre de chenilles du carpocapse des pommes et des poires quand elles entament leur nymphose.

Comment on en prend soin ?

On conserve les vieilles souches, sous lesquelles ils aiment hiberner. S’il n’y en a pas dans le jardin, on peut en placer une tout exprès. Si elle est un peu pourrie, c’est encore mieux, elle deviendra un hôtel pour bien des locataires !

Les bestioles bien utiles au jardin
La coccinelle

Pourquoi on l’aime ?

A 2, à 7 ou à 14 points, la bête à bon Dieu est toujours d’accord pour aider le jardinier à se débarrasser des pucerons et autres suceurs de sève. Et elle commence tôt puisque la larve, elle-même, est redoutablement efficace.

Comment on en prend soin ?

On cultive une parcelle d’orties qui leur offrira gîte et couvert, on installe des plantes pérennes qui leur serviront d’abri et on laisse sur place des débris de plantes, des tiges creuses et même des amas de feuilles…

Les bestioles bien utiles au jardin
Le hérisson

Pourquoi on l’aime ?

Ce mammifère insectivore -sur terre depuis 15 millions d’années – est un chasseur infatigable qui traque aussi bien les escargots que les limaces, les vers de terre, les hannetons etc.

Comment on en prend soin ?

On lui fabrique un abri composé d’un gros tas de branchages mélangés à des feuilles mortes qu’on place au fond du potager. Et on pense à ouvrir nos clôtures par endroits avec des ouvertures d’ua moins 30 cm de large et 25 cm de hauteur pour qu’ils ne se blessent pas en passant. 

Bon à savoir

Un hérisson compte environ 8000 piquants qui sont en fait des poils qui se sont transformés avec le temps et qui, comme tous les poils…. tombent et repoussent tout le temps.

Les bestioles bien utiles au jardin
L’osmie

Pourquoi on l’aime ?

Cet insecte poilu et un peu bedonnant adore s’introduire dans le trou d’évacuation de l’eau percé dans les fenêtres… Cette abeille solitaire qu’on voit rappliquer au printemps est une excellente pollinisatrice qui butine les premières fleurs du jardin, notamment dans les vergers.

Comment on en prend soin ?

Sa prédilection pour les fenêtres s’explique par la pénurie de logements à laquelle elle est confrontée dans les jardins bien propres sur eux, à la mode. On lui offre donc un nichoir en disposant au jardin un bloc de bois dur et non traité, percé de quelques trous de 8mm de diamètre.

Les bestioles bien utiles au jardin
Staphylin odorant

Pourquoi on l’aime ?

Ce gros coléoptère noir bleuté est un sacré gourmand qui se régale d’escargots, de limaces et de leurs œufs pondus en automne et au printemps dans les premiers centimètres du sel, mais aussi des larves de la mouche du chou et… des vers de terre.

Comment on en prend soin ?

On lui installe des abris permanents, on évite le ménage de trop près dans le jardin et on couvre la terre de paillis.

Les bestioles bien utiles au jardin
La chrysope

Pourquoi on l’aime ?

Les entomologistes du 18e siècle ne s’y sont pas trompés… Faisant fi de ses airs frêles sous sa belle robe vert vif, ils l’avaient surnommée “le lion des pucerons”. Il faut dire que la demoiselle aux yeux d’or ne s’en laisse pas compter. Aux beaux jours venus, la larve et l’adulte en dévorent des centaines. Elle est d’ailleurs élevée en masse et vendue pour protéger les cultures sous serre.

Comment on en prend soin ?

On respecte son sommeil hivernal quand elle est réfugiée dans les bâtiments non chauffés et on ouvre portes et fenêtres à la fin de l’hiver pour lui permettre de ressortir. On lui installe un abri et si on cherche à la déplacer, on ne la saisit pas avec les doigts pour ne pas l’écraser. L’astuce consiste à mouiller un pinceau de salive et à le poser sur le dos de l’insecte. Il restera collé et on pourra alors le mettre dans une boîte sans dommage.

Les bestioles bien utiles au jardin
Le crapaud

Pourquoi on l’aime ?

Une fois qu’on a accepté son aspect pustuleux, le crapaud apparaît vite comme un allié de choix au jardin ! Cet amphibien anoure (sans queue) se nourrit en effet de mollusques mais aussi de vers, de chenilles, d’araignées…

Comment on prend soin ?

Le crapaud a besoin d’abris et de caches pour se protéger de la chaleur du jour (car il a des mœurs nocturnes) et d’un point d’eau (même une petite mare) pour se reproduire. Quelques grosses pierres, un pot en grès renversé ou de petites planches en bois traité peuvent suffire à l’attirer. Mieux vaut lui offrir des conditions de vie séduisantes pour le faire venir de lui-même, plutôt que de le déplacer manu militari quand on en trouve un sur son chemin…

Les oiseaux aussi…

Verdier d’Europe, mésange bleue, linotte mélodieuse, chouette effraie des clochers ou bergeronnette printanière ont tous en commun – à part des noms d’une poésie certaine – d’être de précieux auxiliaires de culture qui s’attaquent  aux insectes, aux larves nuisibles et parfois aux rongeurs, selon leur espèce. On les bichonne sans pour autant les assister trop. Si on prend l’habitude de les nourrir en dehors de l’hiver, ils risquent fort de ne plus partir en chasse contre les nuisibles ! En revanche, on peut laisser à disposition un peu de matériel pour leur nid, comme du branchage ou de la mousse : ils auront plus d’énergie à consacrer à la ponte ou au nourrissage.

Laisser un commentaire